GRAFFITI VS STREET ART - Karina Joly

À ma grande découverte, j’ai pu constater que le graffiti et l’art de rue sont deux formes d’expressions différentes. Ils sont souvent confondus l’un avec l’autre. L'art de rue est plus sur la communication avec le grand public, tandis que le graffiti est utilisé comme un code pour les autres artistes de graffitis. En plus de la langue symbolique, les matériaux et techniques couramment utilisés par les artistes de rue les aident à se démarquer des auteurs de graffitis. Pour aborder la distinction entre le graffiti et l'art de rue, le Graffiti Collective Faile déclare: "L'art de la rue est plus sur l'interaction avec le public dans la rue et les gens, les masses. Le graffiti n'est pas tant en connexion avec les masses. Il s'agit de se connecter à différentes équipes. C'est une langue interne et secrète. La plupart des graffitis sont incompréhensibles au grand public. C'est vraiment du contenu pour la culture qui le comprend et l’applique. " Les deux formes d’art sont considérées comme des mouvements rebelles où le travail est affiché en public plutôt que dans un cadre de galerie. Ironiquement, les galeristes commencent à apprécier les graffitis et les œuvres d'art de rue. Les artistes ont la possibilité d'amener leurs concepts de rue pour créer des pièces pour les galeries et les musées. Retna est un excellent exemple d'un artiste graffiti-artiste-tourné-artiste très réussi. Le public perçoit le graffiti comme une expression personnel et subversive de ces auteurs. L'art de rue a la capacité de captiver les gens dans le cadre de leur expérience quotidienne. Par conséquent, pour l’artiste de graffiti et l'artiste de rue, le témoignage visuel du public devient une partie très importante. "Certains artistes choisissent un endroit humble, peut-être une vieille porte avec sa peinture ancienne et écaillée. La pièce sera comme un trésor cache, en conséquence du son auditoire plus réservée. "(Tristan Manco). Dans d'autres cas, les lieux seront choisis pour leur démographie ou leurs associations. Le graffiti est aussi vieux que la civilisation humaine. Ce n'est pas le cas pour l’art de rue. Au cours des manifestations des étudiants à Paris en 1968, un message clair créé par les étudiants en art, «Beauty is in the Street», est inscrit sur une affiche. Ceci démarque la naissance des expressions artistiques de rue. Il était situé dans le contexte urbain, ainsi que culturel, et il avait une connotation sociopolitique claire. Il fait souvent sa réapparition et vit comme symbole même a ce jour…


I thought graffiti and street art were one and the same. After doing a little research, I noticed that they are often confused with one another. Street art is more about communicating with the general public, while graffiti is used as a code for other writers. In addition to the symbolic language, the materials and techniques commonly used by street artists helps them stand apart from graffiti writers. To address the distinction between graffiti and street art, the Graffiti Collective Faile states: “Street art is more about interacting with the audience on the street and the people, the masses. Graffiti isn’t so much about connecting with the masses: it’s about connecting with different crews, it’s an internal language, it’s a secret language. Most graffiti you can’t even read, so it’s really contained within the culture that understands it and does it.” Both are seen as rebel art movements where the work is displayed in public rather than a gallery setting. Ironically, gallerists are starting to appreciate graffiti and street artwork. Artists are given the opportunity to bring their concepts in from the street to create pieces for galleries and museums. Retna is a great example of a very successful graffiti-artist-turned-gallery-artist. With graffiti writing, the public becomes part of something personal and subversive. Street art has the ability to captivate people as part of their day-to-day experience. Therefore, for both the graffiti artist and the street artist, the public's witnessing becomes a very important part. “Some choose a humble spot, perhaps an old, disused door with aged and peeling paint. The audience in this case will be small, but when stumbled upon, the piece will feel like a hidden treasure” (Tristan Manco). On other occasions, locations will be chosen for their demographic or associations. Graffiti is as old as human civilization. It isn’t the case for street art. During the students’ protests in Paris in 1968, a clear message created by art students, “Beauty is in the Street”, is displayed on a poster. It seems to be considered a form of one of the earliest street art expressions. It was situated in the urban context, as well as the cultural, and it had a clear socio-political connotation. It has appeared repeatedly and still lives as a symbol today…


Powered by SmugMug Log In